Soubeyran

Projet Soubeyran

En juin 2012, la coopérative Equilibre s’est vue attribué avec la coopérative Luciole, une parcelle dans le quartier de la Servette. Dès septembre 2012, les membres intéressés des deux coopératives se sont rencontrés régulièrement afin de mettre au point un projet de nouvel immeuble (le 2e pour Equilibre). En novembre, le bureau d’architectes atba, le même que pour Cressy, a été sélectionné pour mettre en œuvre le projet. Ce dernier a été choisi en raison de ses diverses expériences autant pour le côté participatif que pour la construction d’immeubles à faible consommation d’énergie.

Depuis le mois de janvier 2013, les membres se rencontrent à raison d’une fois par semaine pour discuter des différents éléments qui permettront au projet de voir le jour. Un travail de longue haleine assorti de longues heures de discussion qui portera ses fruits. La demande d’autorisation a été obtenue en février 2015. Le chantier a commencé en juin de la même année et l’entrée dans l’immeuble est prévue pour noël 2016.

Le projet se compose de 38 logements de catégorie HBM (de 3 à 6 pièces) et de locaux commerciaux au rez-de-chaussée. L’immeuble comprend aussi une salle commune, une buanderie collective, des chambres d’amis, des chambres indépendantes louables individuellement, ainsi qu’un toit terrasse accessible à tous les habitant-e-s.

Un grand parking de 160 places pour les vélos et un parking réduit pour les voitures complètent le projet.

La construction est développée pour répondre aux normes cantonales genevoises de Très Haute Performance Énergétique (THPE) et aux concepts bioclimatiques pour une utilisation de l’énergie passive (maximisant les gains solaires) et des protections solaires (contre la surchauffe estivale). Une attention particulière est apportée à la qualité de l’air en recherchant des matériaux écologiques et sains (sans émanation de COV, ni formaldéhyde ni poussières fines).

Une des priorités du projet est de favoriser les relations entre les habitants en insérant des zones d’échanges et de rencontres. La distribution des logements structure cette priorité par la construction de trois montées verticales (dont seule la centrale est équipée d’un ascenseur) et de deux liaisons horizontales les reliant. La première se situant au rez-de-chaussée (voir plan), en lien avec l’entrée, le jardin et la salle commune. La deuxième étant située au 3ème étage (voir plan), celui sur lequel se trouvent la buanderie collective, les chambres d’amis et les chambres indépendantes.

La cage d’escalier centrale dessert la toiture permettant ainsi une accessibilité aux personnes à mobilité réduite à la terrasse commune.

La typologie des appartements a été développée pour que tous les séjours se situent en façade Sud (appartements traversants, voir plan type) et pour proposer des liaisons physiques et visuelles entre les habitant-e-s. Les balcons ont été disposés en quinconce sur une coursive reliant tous les appartements de chaque étage.

L’isolation de la façade est constituée de caissons pré-fabriqués remplis de bottes de paille et posés sur une structure en béton armé. Le revêtement intérieur est composé d’un enduit en terre et le revêtement extérieur d’un crépi à la chaux. Cette construction en paille permet d’assurer une qualité d’enveloppe qui soit à la fois perspirante et hygroscopique. La paille est produite sur le canton de Genève.

Pour les installations techniques, nous privilégions des solutions orientées vers la simplicité :

  • Ventilation simple flux à pression continue avec bouches hygroréglables.
  • Panneaux photovoltaïques en consommation directe et gestion de l’eau optimisée.
  • Energie du chauffage et de l’eau chaude sanitaire provenant à 80% d’une récupération de chaleur sur l’air extrait et à 20% d’une une chaudière à gaz.

Une recherche approfondie a été développée autour de la question de l’épuration des eaux usées et plus particulièrement de la gestion des évacuations des toilettes. Nous avons abouti à un système utilisant très peu d’eau (4L pour les fèces et 300ml pour l’urine) permettant à une série de filtres biologiques à lombricompostage situés sous le jardin d’épurer ces eaux noires. Celles-ci rejoignent ensuite les eaux grises (douches, cuisines, etc…) dans un filtre à sable situé en partie inférieure pour enfin, une fois totalement épurées, compléter les eaux de toitures  dans une cuve de récupération d’eaux de pluie de 20’000L. Les chasses d’eau de l’immeuble seront alimentées par cette cuve, assurant ainsi le principe d’un circuit fermé.

Visitez les immeubles de la coopérative Equilibre !